Catégories
Religion

Hadiths : Al Fitra, la saine nature & An Niya, l’intention

La Notion de ‘Aqida (2)

بسم الله الرحمن الرحيم

Au nom d’Allah le Tout miséricorde, Le Miséricordieux,

Il n’y a de force ni de mouvement que par Allah,

J’écris cet article au 2ème jour du mois de Ramadhan 1443-2022, il fait suite à une recherche autour d’un concept phare en Islam qui a donné lieu à un premier article, publié quelques jours auparavant : La notion de ‘Aqida. Parler de ‘Aqida, c’est vouloir renforcer son dogme, ses croyances, sa science religieuse afin d’en acquérir une vision tellement limpide que toute forme de doute se voit absorbé et remplacé par une certitude rayonnante et apaisante. Renforcer notre ‘Aqida c’est forcément renforcer notre pleine conscience d’Allah : ‘Aqida et Taqwa vont donc de pair.

Pour se faire il faut certes de la science, de la connaissance, de la pratique religieuse, mais ces éléments là perdent toute leur saveur s’ ils sont déconnectés du propre de la nature humaine, si on les substitue à l’essence même de notre humanité c’est pourquoi, il est essentiel ici que nous nous attardions un moment sur deux hadiths que j’ai trouvé complémentaires à savoir le hadith de la bonne intention et celui de la saine nature, aussi appelé hadith de l’enfant. Sans ces deux éléments que sont Al Niya et Al Fitra, notre religiosité ne serait qu’une recette additionnant des ingrédients certes délicieux mais qui une fois mélangés n’auraient aucune saveur. La touche d’authenticité, d’amour, de magie qui fait que certaines personnes transforment ce qu’elles touchent en or, rendent les plus simple des repas en festin, les plus imprévisibles des rencontres en moments inoubliables c’est ce que l’on va aborder ici.

La saine nature : Al Fitra

Si vous avez des enfants vous vous êtes peut être déjà émerveillé sur leur capacité à agir spontanément au gré de leurs envie, sans gêne ni calcul préalable, du biscuit qu’ils peuvent demander à la maman d’une amie rencontrée il y a 5 minutes à peine au parc, à leur façon de venir nous caresser la joue, nous prendre dans leur bras ou nous embrasser, quand ils sentent que l’on est perturbé. C’est cette spontanéité là que l’école cherche souvent à leur enlever en édifiant des tonnes de règles parfois bien difficiles à digérer pour eux et par ricochet pour nous aussi en tant que parents (j’ai mon premier en maternelle dans un pays étranger, je morfle pas mal ces jours-ci, mais al hamdoullilah pour tout). On le comprend bien, nous même nous devons instituer des règles au sein de notre foyer pour que l’on vive en harmonie, ceci est d’autant plus vrai et nécessaire lorsque la taille de la communauté augmente (école, société), or dans ce que la maîtresse reproche parfois à mon fils (tour de parole, activation à la tâche, rêverie), je vois moi avec mes yeux de maman des réprimandes contraires à son bonheur, des injonctions coercitives qui vont à l’encontre de sa saine nature, une façon de le façonner pour permettre à l’institution de fonctionner optimalement, à son propre détriment. On veut transformer mon petit garçon fougueux, curieux et joyeux en enfant modèle, discipliné, attentif à ce qu’on lui demande de faire et sérieux en privilégiant toujours l’atteinte d’objectifs extérieurs à lui même qui sont les mêmes pour tous les enfants du même âge du pays au détriment de son propre épanouissement. On veut transformer son âme au lieu de l’embellir. On veut porter atteinte à sa Fitra. Oups, arrêtez moi, je m’emporte !

Qu’est-ce que la Fitra ?

Allah exalté soit-il nous apprend :

فَأَقِمْ وَجْهَكَ لِلدِّينِ حَنِيفًا فِطْرَتَ اللَّهِ الَّتِي فَطَرَ النَّاسَ عَلَيْهَا لَا تَبْدِيلَ لِخَلْقِ اللَّهِ ذَلِكَ الدِّينُ الْقَيِّمُ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ

Dirige tout ton être vers la religion exclusivement [pour Allah], telle est la nature -فَطَرَ – qu’Allah a originellement donnée aux hommes -pas de changement à la création d’Allah -. Voilà la religion de droiture; mais la plupart des gens ne savent pas.

Sourate 30 AR-Rum, Verset 30

Le Prophète ﷺ nous enseigne dans un hadith courament appelé le hadith de l’enfant :

كلُّ مولودٍ يولَدُ على الفطرةِ فأبواه يُهوِّدانِه أو يُنصِّرانِه أو يُمجِّسانِه

« L’enfant né sur [Al Fitra], la saine nature, ses parents le rendent juifs, chrétiens ou majoussi (tels les perses de l’époque pré-islamique qui adoraient le feu).

Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim

Ces deux citations, l’une directement d’Allah l’autre indirectement par la voix de notre Prophète, son messager, nous renseignent sur le fait que tout être humain est naturellement prédisposé pour bien se diriger, pour embrasser le droit chemin. Il y a en nous tous AL FITRA, une saine nature qui nous permet à tous d’adorer notre Seigneur, de lui être reconnaissant, de lui vouer un culte exclusif. Et cela avant même que nos parents ne nous enseigne quoi que ce soit, avant même qu’ils ne nous apprennent notre langue maternelle, al Fitra c’est l’inné qui s’oppose à l’acquis. Est-ce à dire que l’homme est naturellement bon, qu’il sera tel les Anges et ne commettra jamais d’erreur se vouant exclusivement à l’obéissance et l’adoration ? Non car Allah en a voulu autrement depuis la création d’Adam -aleyhi salem-, qu’il désigna comme premier vicaire (Khalifa) à la grande stupéfaction des Anges :


وَإِذْ قَالَ رَبُّكَ لِلْمَلَٰٓئِكَةِ إِنِّى جَاعِلٌۭ فِى ٱلْأَرْضِ خَلِيفَةًۭ ۖ قَالُوٓا۟ أَتَجْعَلُ فِيهَا مَن يُفْسِدُ فِيهَا وَيَسْفِكُ ٱلدِّمَآءَ وَنَحْنُ نُسَبِّحُ بِحَمْدِكَ وَنُقَدِّسُ لَكَ ۖ قَالَ إِنِّىٓ أَعْلَمُ مَا لَا تَعْلَمُونَ

Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges: « Je vais établir sur la terre un vicaire (khalifah) ». Ils dirent: « Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ? » -Il dit: « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! »

Sourate 2 Verset 30

قَالُوا۟ سُبْحَٰنَكَ لَا عِلْمَ لَنَآ إِلَّا مَا عَلَّمْتَنَآ ۖ إِنَّكَ أَنتَ ٱلْعَلِيمُ ٱلْحَكِيمُ-

Ils dirent: « Gloire à Toi ! Nous n’avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c’est Toi l’Omniscient, le Sage. »

Sourate 2 verset 32

Allah nous met donc à l’épreuve tel qu’Il nous a créé dans se bas monde, avec tout en main pour réussir mais aussi pour se détourner, à l’instar du Sheytan, a qui Il accordera un délai et qu’ Il laissera ainsi comme tentation bien qu’il ne puisse par agir à notre place. Le diable est là pour nous inciter à commettre l’opposé d’Al Fitra, l’opposé de notre saine nature et bonne direction. Par de simples insufflations auxquelles tout être humain est confronté, comme de nombreux récits prophétiques le démontrent, il nous suggère le mal et nous devons nous cramponner, apprendre, bien nous entourer, solidifier notre ‘aqida, affiner notre pratique pour surmonter ses tempêtes et plus nous chercherons à augmenter en science plus il sera courroucé contre nous, plus nous risquons de nous confronter à ce dernier, mais « Allah abroge ce que le Diable suggère et Allah renforce ses versets »(22-52).

وَمَآ أَرْسَلْنَا مِن قَبْلِكَ مِن رَّسُولٍۢ وَلَا نَبِىٍّ إِلَّآ إِذَا تَمَنَّىٰٓ أَلْقَى ٱلشَّيْطَٰنُ فِىٓ أُمْنِيَّتِهِۦ فَيَنسَخُ ٱللَّهُ مَا يُلْقِى ٱلشَّيْطَٰنُ ثُمَّ يُحْكِمُ ٱللَّهُ ءَايَٰتِهِۦ ۗ وَٱللَّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌۭ

Nous n’avons envoyé, avant toi, ni Messager ni prophète qui n’ait récité (ce qui lui a été révélé) sans que le Diable n’ait essayé d’intervenir [pour semer le doute dans le cœur des gens au sujet] de sa récitation. Allah abroge ce que le Diable suggère, et Allah renforce Ses versets. Allah est Omniscient et Sage.

Sourate El hajj 22, verset 52

وَقَالَ ٱلشَّيْطَٰنُ لَمَّا قُضِىَ ٱلْأَمْرُ إِنَّ ٱللَّهَ وَعَدَكُمْ وَعْدَ ٱلْحَقِّ وَوَعَدتُّكُمْ فَأَخْلَفْتُكُمْ ۖ وَمَا كَانَ لِىَ عَلَيْكُم مِّن سُلْطَٰنٍ إِلَّآ أَن دَعَوْتُكُمْ فَٱسْتَجَبْتُمْ لِى ۖ فَلَا تَلُومُونِى وَلُومُوٓا۟ أَنفُسَكُم ۖ مَّآ أَنَا۠ بِمُصْرِخِكُمْ وَمَآ أَنتُم بِمُصْرِخِىَّ ۖ إِنِّى كَفَرْتُ بِمَآ أَشْرَكْتُمُونِ مِن قَبْلُ ۗ إِنَّ ٱلظَّٰلِمِينَ لَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌۭ

Et quand tout sera accompli, le Diable dira: « Certes, Allah vous avait fait une promesse de vérité; tandis que moi, je vous ai fait une promesse que je n’ai pas tenue. Je n’avais aucune autorité sur vous si ce n’est que je vous ai appelés, et que vous m’avez répondu. Ne me faites donc pas de reproches; mais faites-en à vous-mêmes. Je ne vous suis d’aucun secours et vous ne m’êtes d’aucun secours. Je vous renie de m’avoir jadis associé [à Allah]. » Certes, un châtiment douloureux attend les injustes.

Sourate 14 Ibrahim, verset 22

L’homme est donc à la fois « naturellement bon » comme le disait Jean Jacques Rousseau dans le Contrat Social, mais « l’homme est [aussi,] un loup pour l’homme » comme le disait Thomas Hobbes dans Le Léviathan, à chacun d’entre nous de choisir notre camp et de nourrir notre âme pour bien la diriger.

Revenons rapidement sur AL FITRA en soulignant qu’on peut déduire du hadith de l’enfant qu’il né dans l’islam. Ce postulat est communément répandue, puisque tout enfant né musulman sans aucun rituel nécessaire. Il ne le devient pas comme c’est le cas dans le christianisme avec les étapes des différents sacrements (un enfant doit être baptisé rapidement pour ne pas mourir hors de la chrétienté). Par ailleurs devenir juif sans que ses parents ne le soient est un véritable parcours du combattant (devenir chrétien également dans une moindre mesure) alors que pour (ré)intégrer l’islam (puisque nous sommes tous né ainsi) après l’avoir oublié suite à une concordance de situation qui nous l’a fait perdre de vue, une seule chose compte : avoir la bonne intention et cette dernière se matérialise alors par la prononciation d’une seule phrase pouvant elle même définir la ‘Aqida. Cette simple phrase, est le premier pillier de l’Islam, il s’agit de la Chahada, mais ne pourrait-on pas suggérer que la personne qui à l’intention de se convertir est déjà musulmane pour Allah (comme l’enfant quand il né) et qu’elle le devient aux yeux des autres lorsqu’elle prononce la chahada, ce qui n’ est pas problématique au contraire puisque cela renforcera également son sentiment d’appartenance et son integration au sein de la communauté. J’ajouterai que cette conversion peut se faire en connaissance de cause ou non : la personne veut embrasser ce monothéisme pur et n’adorer qu’Allah en reconnaissant que Mohammed est son dernier prophète envoyé qu’elle se soit renseignée avant au sujet de tout cela ou non car l’intention, l’élan de volonté d’appartenance suffit ici à la science et personne ne serait plus injuste que celui qui voudrait entraver cette volonté, je pense par exemple aux mosquées qui demandent des preuves en questionnant le savoir du jeune converti afin de lui delivrer un certificat de conversion malheureusement nécessaire à l’accomplissement du pèlerinage s’ il n’a pas un nom de famille musulman. Ayons l’humilité de reconnaitre qu’il se peut qu’Allah guide une personne totalement ignorante, comme un enfant à sa naissance et qu’elle embrasse sincèrement l’islam par un moyen qu’Allah seul connait, propre à Sa decision et que par la suite elle apprenne à devenir une personne adoratrice exemplaire.

La bonne intention : Al Niya

1er des 40 Hadiths de l’Imam Muhyiddîn NAWAWÎ

‘Umar ibn al-Khattaâb, l’Émir des croyants rapporte qu’il a entendu l’Envoyé d’Allah ﷺ dire :

« Les actions ne valent que par leurs intentions. Ainsi, l’exil accompli pour Allah et Son Envoyé, sera compté comme pour Allah et son Envoyé. Et l’exil accompli en vue de l’obtention d’un bien terrestre ou dans le but d’épouser une femme, ne sera rétribué que pour le but qu’il aura poursuivi. »

Bukhâri et Mouslim. Rapporté aussi par Nasâ’î et Tirmidhi

Avoir une bonne intention c’est vouloir rendre Allah satisfait, c’est répondre à notre âme bienfaisante, à notre saine nature, à notre Fitra. Pour se faire, Allah, exalté soit-il, nous aide, il nous donne les ingrédients dont je parlais en préambule : 5 pilliers à accomplir, des pratiques, des sunnas, des versets, plein de bonnes choses pour nourrir notre âme chaque jour, et ce mois de Ramadan, que chaque musulman attend avec impatience vient nous rappeler notre désir de renouveler nos intentions afin de mieux servir Allah et de mieux vivre ici bas pour notre au delà. Nous avons été créé faibles, nous avons tous un faible pour la vie d’ici bas mais lorsqu’elle nous fait trop courir nous nous sentons piégés, renouvelons alors nos intentions. Usons avec intelligence de tout ce qu’Allah nous fait grâce. Une intention est bonne si elle est accomplie pour Allah, sincèrement. C’est pour lui que je prie, que je jeûne, que je fais du bien, que je veux avoir le meilleur comportement, que je veux être utile à mes semblable, c’est à lui que je veux plaire quitte à déplaire à quelqu’un d’autre si c’est pour repondre à ses injonctions (question du voile dans une société qui a en horreur la pudeur et qui porte du dédain pour les musulmans par exemple).

Lorsque cette intention est bonne, celà suffit-il en islam ? Peu importe l’action que je vais mettre en place, son résultat, « c’est l’intention qui compte » et me voilà dédouané. Que nenni les amis ! Ne nous fourvoyons pas derrière cette expression déculpabilisante, les moyens comptent en Islam, seul le résultat ne nous appartient pas. Il faut donc avoir une bonne intention et utiliser un moyen licite plaisant pour Allah après le résultat n’importe peu, il n’est pas entre nos mains, nous avons simplement fait de notre mieux après tout Allah ne nous dit-Il pas :

وَعَسَىٰٓ أَن تَكْرَهُوا۟ شَيْـًۭٔا وَهُوَ خَيْرٌۭ لَّكُمْ ۖ وَعَسَىٰٓ أَن تُحِبُّوا۟ شَيْـًۭٔا وَهُوَ شَرٌّۭ لَّكُمْ ۗ وَٱللَّهُ يَعْلَمُ وَأَنتُمْ لَا تَعْلَمُونَ

Sourate 2 Al-Baqarah, v.216.

Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas.

Sourate 2 Al-Baqarah, v.216.

Allah nous récompensera toujours pour les actes de bien que nous auront effectués avec une intention sincère de bien. Cette intention siège au coeur de chacun d’entre nous, elle n’a pas besoin d’être prononcée, ni connue de tous, c’est elle (An Niya) qui, avec notre saine nature (Al Fitra) nous rend unique et si particulier aux yeux de notre créateur, ce sont elles qui transforment tout ce que nous faisons en or, aux yeux Allah, exalté soit-Il.

Ô Allah, يعلم, Ya ‘Alim, Toi l’Omniscient, fait de nous que nous fassions parti du petit nombre de tes adorateurs privilégiés, aide nous à te satisfaire pleinement en renouvelant sans cesse nos intentions et en nous rapprochant ainsi de notre Fitra, purifie notre coeur, illumine le de Ta douceur, rend nous notre sensibilité d’enfant, aide nous à bien nous diriger, protège nos enfants, préserve leur Fitra. Amin.

Pour (ré)intégrer l’islam (puisque nous sommes tous né ainsi) après l’avoir oublié suite à une concordance de situation qui nous l’a fait perdre de vue, une seule chose compte : avoir la bonne intention et cette dernière se matérialise alors par la prononciation d’une seule phrase pouvant elle même définir la ‘Aqida.

Une réponse sur « Hadiths : Al Fitra, la saine nature & An Niya, l’intention »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s